Aller au contenu
Accueil » Articles » Balade avec mon cheval : les conseils pour sortir seul

Balade avec mon cheval : les conseils pour sortir seul

Bonjour !
Si vous aimez l’équitation d’extérieur, vous voudrez sans doute lire mon guide des 16 astuces simples pour réussir ses balades à cheval. Cliquez ici pour télécharger le guide gratuitement ! 🙂

Parfois, au fil d’une discussion, quand je raconte que je pars me balader seule à cheval, la personne en face me regarde avec des yeux ébahis, étonnés, apeurés ou épatés. La vérité, c’est que je ne pars pas vraiment seule : je pars avec Oural, et c’est ce que je dis souvent dans la suite de la conversation.

En tant que cavalier ou cavalière, franchir le cap de partir seul se promener à cheval n’est pas forcément évident et pourtant on en a envie. Vous voyez cette scène de Raiponce, regardez ci-dessous.

Maintenant, imaginons que Raiponce a envie de partir se balader seule avec son cheval : 

  • “Me balader avec mon cheval, en pleine nature, rien qu’avec lui, choisir les chemins, les allures, découvrir de nouveaux endroits, ce serait le plus beau jour de ma vie !”
  • “Partir seul à cheval, mais je suis folle ? Et si je tombe ? Et si je me perds ? Et si je me fais embarquer ? Mais quelle horreur. Je vais rester à l’écurie.”

Ensuite, n’oublions pas que votre cheval aussi va peut-être vivre des émotions contraires : le contentement de partir se balader et la peur de partir sans ses copains. Et oui, chevaux et poneys sont des animaux grégaires.

Alors l’objectif de cet article, aujourd’hui, c’est de vous donner le plus d’astuces possibles pour préparer votre sortie avec votre cheval en extérieur seul à seul avec lui et en faire un moment magique pour tous les deux.

Pourquoi c’est génial de pouvoir sortir seul avec son cheval ? 

L’indépendance

La première chose c’est que vous n’aurez pas tous les jours quelqu’un avec qui partager vos balades, et ce serait dommage de se priver de promenade pour la simple raison que vous n’avez trouvé aucun cavalier pour vous accompagner.
Depuis qu’on se balade avec Oural, on a changé d’écurie trois fois : Rambouillet, Sausset les Pins, Ventabren.
Quand on arrive dans une nouvelle écurie, ce n’est pas toujours facile de trouver quelqu’un qui est dispo comme nous le dimanche 5 février de 9h à midi pour une balade à cheval. Et la complexité devient ardue quand il s’agit de trouver un cavalier ou une cavalière avec qui le feeling passe et avec qui ça se passe bien.

Est-ce que je vous raconte la fois où une cavalière derrière moi m’a doublée sur la droite au galop quand j’étais au pas avec Oural ? Surprise ! Bon, je ne lui ai plus proposé de repartir… On en parlera ci-dessous mais parfois, certains cavaliers vous diront qu’ils sont beaucoup plus en sécurité en partant seul avec leur cheval ou leur jument plutôt qu’en étant mal accompagné. Et ils ont raison.

sortir seule a cheval

La complicité

Ensuite, partir vous balader avec votre cheval va renforcer votre complicité avec lui. Vous allez compter l’un sur l’autre, découvrir ensemble de quoi va être faite votre balade. Partir seul avec votre cheval vous permet de travailler votre confiance mutuelle.
Votre cheval vous écoute, et vous l’écoutez aussi.
Dans nos balades, quand Oural hésite à passer à un endroit, je réfléchis avant de foncer : est-ce qu’il a raison ? Parfois non et parfois oui et en fait je suis hésitante, comme lui à ce moment là.
L’idée est de trouver le juste milieu entre écouter l’instinct de son cheval et s’écouter si on est sûr
que le passage choisi est sans danger (et dans ce cas il faudra bien rassurer son cheval pour passer).

Le développement personnel

Au niveau personnel, partir seul avec votre cheval va vous apporter énormémént. On gagne : 

  • en maturité : vous leadez votre balade, c’est à vous de prendre toutes les précautions, d’être vigilant et de prendre les bonnes décisions
  • en estime de soi : partir seul en balade à cheval c’est quand même un sacré truc vous ne trouvez pas ? Tout le monde n’ose pas mais vous oui. Vous pouvez être fier
  • en confiance en soi : vous gérez votre balade (allure, tracé, horaire) et vous avez un animal de 500 kilos qui vous écoute !

La liberté

On éprouve une sensation de liberté magique quand on part se promener seul avec son cheval.
J’adore partir avec d’autres cavaliers aussi et parler de plein de choses tout en profitant des paysages.
Les balades seules ne sont pas les mêmes. On est comme relié à la nature et à son cheval. C’est le coeur de la balade.

Une connaissance des cartes IGN est un gros + quand on part seul et même si on s’oriente via une application mobile comme Iphigénie, Outdoor Active ou Visorando cela aide toujours à comprendre la signalisation des cartes.
Si la lecture des cartes IGN vous intéresse, notamment pour trouver des sentiers équestres, cet article devrait vous plaire et vous donner des infos utiles.
Quand on maitrise les données de navigation on est beaucoup plus serein à cheval et on peut se concentrer davantage sur son cheval et sur la beauté des paysages. Bref, la gestion de l’itinéraire à cheval est une compétence importante pour le cavalier et se poser en amont sur son itinéraire permet de bien préparer la balade.

seul a cheval en extérieur

 

Balade avec mon cheval : préparer sa balade seul avec son cheval 

J’aime bien faire les choses petit à petit, étapes par étapes.
Avant de partir seul avec votre jument ou votre hongre, voici quelques actions et réflexions à mener.

1 La balade avec d’autres cavaliers

Essayez de partir en extérieur sans moniteur et sans guide. Partez avec d’autres cavaliers : 1, 2, 3, 4. Vous allez vous partager avec ces autres cavaliers la responsabilité de la balade (tracé, sécurité, allure) et c’est déjà un bon début.

2 S’interroger sur son niveau d’équitation

Partir seul à cheval c’est une sacrée responsabilité. Pour ne pas se mettre en danger inutilement, mieux vaut avoir un bon niveau d’équitation : un galop 5 est je pense un minimum.
Ce qui va compter aussi : est-ce que vous êtes habitué à sortir en extérieur ou est-ce que jusqu’à présent vous avez fait plutôt de la carrière ou du manège ?

Vous devez être capable de faire avancer votre cheval là où vous souhaitez aller, de le faire accélérer, ralentir, s’arrêter, tout cela en terrain varié. Si vous avez ce contrôle, alors c’est parti !

3 Balade avec mon cheval : connaitre le code de la route

C’est rassurant, sécurisant et le moment venu indispensable : comment se comporter quand on est à cheval sur une route ? Comment faire quand on croise une voiture ? Sur quelle route a-t-on le droit d’aller ? Quels panneaux me concernent ? 

Si vous vous posez ces questions, n’hésitez pas à consulter mon article sur le code de la route du cavalier.

4 Mesurer l’instinct grégaire de son cheval

Regardez comment votre cheval (ou votre poney ou votre jument) se comporte quand il quitte les copains. Il peut y avoir plein d’exercices différents pour cela : 

  • vous l’emmenez seul dans la carrière ou le manège pour un travail en solo
  • vous partez faire un petit tour en main dans votre écurie ou votre centre équestre
  • vous faites une petite balade en main autour de l’écurie ou du centre équestre.

Que se passe-t-il quand la jument quitte ses voisins de paddock ? Et quand votre poney quitte ses colocs de pré ? Mais qu’il reste quand même en territoire connu (l’écurie).

L’idée est d’essayer de cerner si votre cheval va être étonné, embêté, effrayé ou à l’aise de partir seul. Selon le comportement de votre cheval, votre première sortie seul avec lui sera dans plus ou moins longtemps et plus ou moins longue. Il va falloir y aller à votre rythme : à son rythme et au votre. Au début, il s’agira peut-être de se promener dans les écuries et les fois prochaines vous pourrez partir un peu plus loin.

5 Bien connaître votre cheval et avoir déjà fait de l’extérieur avec lui

Vous êtes déjà parti plusieurs fois avec lui mais accompagné : avec d’autres cavaliers et d’autres chevaux. Vous avez donc engrangé des connaissances, vous savez comment il peut réagir à des imprévus (un chien qui aboie, une voiture qui va trop vite, une route fermée, un gland qui tombe sur ses fesses), des changements d’allure, le chemin du retour. Bref, vous savez à peu près comment il va réagir à ce qu’il connait et à ce qu’il ne connait pas, vous savez comment il gère les situations. 

Par exemple, que fait-il quand il a peur ? Est-ce qu’il se fige, est-ce qu’il veut fuir ? Est-ce qu’il va faire un écart ? La réponse à cette question va conditionner votre réaction, et va faire que vous aurez la bonne réaction le moment venu. 

6  Testez des balades à pied avec votre cheval en main

Parfois on est plus rassuré en étant pied à terre. Pourquoi ne pas tenter de courtes balades avec son cheval en licol et en longe ?
ça va être l’occasion de travailler le respect de certaines règles avec le cheval : ne pas dépasser, ne pas se mettre à brouter à n’importe quel moment, contrôler l’allure, faire des exercices d’arrêt, etc.
Si en plus votre cheval n’a pas l’habitude d’être séparé des autres, le fait de lui proposer des petits exercices va lui changer les idées et l’occuper.
Vous pouvez aussi l’encourager avec des carottes, des pommes ou une pause pour brouter. L’idée c’est que votre cheval associe la balade à un bon moment.
De cette façon, vous allez aussi faire un travail qui va être très utile quand vous partirez en balade sur votre cheval. À certains moments, on a besoin de mettre pied à terre (grosse montée caillouteuse ou besoin d’aller faire pipi) et le travail fait à pied va vous aider à avoir un cheval calme et à l’écoute si vous mettez pied à terre pendant la balade.

Si vous êtes intéressé par le travail à pied, je vous suggère cet article où je parle de la méthode Pad de Véronique de Saint Vaulry. C’est une méthode de travail à pied tout à fait adaptée au cheval d’extérieur.

promener son cheval en main

7  Balade avec son cheval : positivez !

Visualisez vos balades seul avec votre cheval : ce sont des balades qui se passent bien, où votre cheval est dynamique mais détendu. Pensez à un scénario qui se passe bien et qui finit bien. 

Balade avec mon cheval : le jour J

Le grand jour est arrivé, voici 10 conseils pour vous et votre cheval.  

1 Balade avec mon cheval : la météo 

C’est vite fait, mais le jour d’avant, regardez la météo. Certains éléments météorologiques peuvent compliquer les balades : un grand vent (pas agréable et qui peut exciter votre cheval), des gelées importantes qui rendent le terrain glissant ou tout simplement une grosse pluie qui ne rendra la balade confortable ni pour l’un ni pour l’autre.
Pour votre première balade, essayez d’avoir des conditions idéales.

2 Votre cheval est-il en forme ?

Pendant que vous le préparez (pansage, curage des pieds), vérifiez que votre cheval n’a pas de problème (blessure, fer qui bouge, etc.) ou de choses qui le gênent.

Un exemple : à la fin du printemps et en été, j’ai déjà trouvé dans la bouche d’Oural des spigaous coincés qui le gênaient. Ce sont des sortes d’épis de graminées sauvages qui peuvent se coincer notamment dans la bouche et que le cheval n’arrive pas à enlever tout seul. Avant de mettre le filet, regardez bien la bouche de votre cheval pour vérifier que tout va bien.

Cela arrivera c’est sûr : il y a certaines fois où on ne peut pas sortir (ou on ne peut pas monter) et même où on appelle le vétérinaire…

3 Pourquoi pas parier sur une demi heure de détente en carrière avant de partir ? 

Si votre cheval ou votre poney est un peu chaud, pour différentes raisons, peut-être que le détendre en carrière pourra être une bonne idée, ou alors le longer dans un rond de longe. Cela permet de commencer à le mettre en mouvement pour le détendre et libérer son énergie.

tour en carriere avant une balade

4 Misez sur la sécurité pour partir serein

La première chose, c’est d’emporter votre téléphone chargé et de le garder dans l’une de vos poches qui ferme bien

Ensuite, prévenez que vous partez en expliquant où vous allez et quand vous rentrez : 

  • prévenez ceux qui sont dans l’écurie,
  • dites-le à un proche.

Avec mon chéri j’ai partagé ma localisation sur Google Maps. Il suit donc à la trace mes balades. Pratique.
Enormément d’applications proposent cette fonctionnalité, j’ai d’ailleurs fait un article sur le sujet où je vous liste les 18 principales applications qui permettent de partager sa position en temps réel.

5 Choisissez un court tracé que vous connaissez par coeur

Pour une première balade seul, choisissez un tracé d’une demi heure à une heure sur des chemins que vous avez déjà pratiqué des dizaines de fois et où vous n’avez jamais vu de difficultés apparentes.
L’objectif des premières balades seules c’est de multiplier les expériences courtes et positives pour que vous et votre cheval preniez confiance. On y va étapes par étapes sans se brûler les ailes.

Vous l’avez compris : la rando à cheval d’une journée ou le week-end avec bivouac, ce n’est pas pour tout de suite. Pour le moment, l’idée est de faire une petite promenade à cheval qui se passe bien. La pratique de l’équitation apprend la patience et l’écoute.

6 Observez votre cheval

Regardez comment votre cheval ou votre jument se comporte : est-ce que la séparation d’avec les copains se passe bien ? Ou est-ce qu’il hennit, tourne la tête vers la maison ? Est-ce qu’il est plutôt calme et détendu ?
Si vous voyez que c’est compliqué pour lui, il y a plusieurs options qui peuvent marcher selon les chevaux : 

  • tenter un trot, le changement d’allure peut lui changer les idées et le faire se concentrer sur autre chose
  • le rassurer avec des caresses, lui expliquer ce que vous êtes en train de faire ensemble et que vous allez bientôt rentrer
  • lui donner quelques friandises tout en le félicitant
  • écourter un peu la balade si vous sentez que ça va faire trop pour lui : encore une fois, l’idée est d’y aller étape par étape, balade après balade.

7 Balade avec mon cheval : une balade tranquille 

Mes premières balades seule, j’ai fait très peu d’allures et donc beaucoup de pas. C’était une première étape pour moi. Les allures, je les ai rajoutées plus tard. D’abord je voulais vérifier que les balades au pas se passaient bien.

Par contre, il peut arriver qu’on ait un cheval en pleine forme, hyper dynamique, qui a envie d’y aller, qui a besoin de bouger. ça m’arrive parfois avec Oural, et dans ce cas, plutôt que de l’avoir à fond au pas avec l’énorme envie de trotter, je fais un bon trotting assez rapidement après être partie (si le terrain le permet et après avoir marché au moins un bon quart d’heure). Et ensuite ça va beaucoup mieux !

Si vous vous demandez par exemple quel est le bon terrain pour galoper alors cet article devrait vous intéresser.

8 Le bon équipement 

Quand je parle d’équipement il s’agit d’être sûr : 

  • de l’équipement de votre cheval (par exemple, pensez à resangler avant de monter, à checker que vos étriers sont à la bonne longueur, vérifiez que votre filet est correctement ajusté, etc.)
  • de votre équipement de cavalier ou cavalière : êtes-vous à l’aise ? Avez-vous les bons éléments de sécurité (bombe ou casque, chaussures adéquates, gilet jaune, etc.)
  • que vous emmenez les bons accessoires.

Pour plus de détails, vous pouvez consulter mon article Tout savoir sur l’équipement pour faire du cheval en extérieur.

Avant de monter à cheval, regardez votre matériel pour vérifier qu’il est en bon état et qu’il n’y a pas de risque de cassure. 

9 Balade avec mon cheval : être zen et détendu

Le cheval ressent nos émotions. Si vous êtes zen et détendu, il va être rassuré et se sentir en sécurité.

Quelques idées qui je trouve marchent très bien : 

  • vous pouvez  monter les rênes un peu longues (vous les gardez dans les mains, prêt à les ajuster si besoin ou ajustées mais sans avoir les doigts serrés dessus)
  • parlez à votre cheval, rassurez-le, racontez-lui plein de choses et prévenez-le quand vous voyez qu’il va se passer quelque chose (vélo qui arrive par derrière, chiens droit devant, camion sur le chemin, etc.)
  • caressez votre cheval
  • asseyez-vous confortablement sur la selle, dans une position naturelle, sans crispation
  • je l’utilise moins mais récompenser avec des carottes peut aussi fonctionner.

10 Tout en ayant une concentration maximale

Deux maitres mots : observer et anticiper pour ne pas être surpris.

Il faut regarder partout : en hauteur (les branches), par terre (il peut y avoir des barbelés, un flaque d’eau gelée, un trou, etc.), à droite et à gauche, tout droit, derrière (le cycliste qui arrive). En gros il faudrait avoir des yeux partout.
A ne pas oublier non plus : connaitre la vue du cheval. C’est ce qui va vous permettre de savoir ce qu’il voit de ce qu’il ne voit pas arriver.
Le cheval a un champ de vision large : avec ses deux yeux il a un champ de vision de 340 degrés sur les 360. Là où il ne voit pas c’est derrière lui et juste devant lui.  Pour en savoir plus, je vous conseille cet article de l’IFCE

vision du cheval

11 Partir avec un autre cavalier qui est à pied ?

C’est une bonne idée si on veut tester comment se comporte le cheval sans copain à côté et si en tant que cavalier on a besoin d’une présence amie. L’idée est d’y aller vraiment pas à pas, alors si avant de partir seul vous avez besoin de cette étape, ne la négligez pas. On s’écoute et on écoute son cheval pour avancer au meilleur rythme.

12 Balade avec mon cheval : le retour à la maison

ça y est, on est rentré ! Avant que votre cheval retrouve ses copains, n’oubliez pas de vérifier qu’il ne s’est pas blessé.
Les principaux points à surveiller : 

  • les sabots pour vérifier notamment que rien ne s’est bloqué dans la sole et la fourchette
  • les membres (pas de blessure ouverte ou de gonflement)
  • le passage de sangle
  • le garrot
  • la tête.

Mes premières sorties seule avec Oural

Quand j’étais à Rambouillet, je montais beaucoup avec mes amis et mon chéri, on partait à 2 ou 3, et parfois à 6 ou 7. Les premières fois où j’ai commencé à monter seule, c’était en été, pour des balades de 20h à 22h, en pleine semaine. À l’époque je travaillais du coté de la BNF, je quittais donc le boulot en plein milieu d’après-midi (17h ;-)), c’était de temps en temps les mercredis soirs. Je trouvais génial de profiter de la douceur de la fin de journée avec la chaleur qui décline enfin, le coucher de soleil et en plus de ça la sortie de tous les animaux de la campagne et la forêt. Je n’ai jamais vu autant de chevreuils et de lapins de toute ma vie !
Bref, vous avez compris, j’avais besoin d’une parenthèse de nature, d’une respiration avec mon cheval en milieu de semaine, d’être émerveillée par la beauté des fleurs, le bruit du vent sur les blés et la nuit tombante.

Alors j’ai commencé par des petites balades : 1 heure, sur des chemins que je connaissais par cœur. Au pas. J’avais mon téléphone avec moi, calé dans ma poche. Plusieurs personnes savaient où je partais. 

Les cavaliers qui préfèrent partir seuls

Il y en a et pour plusieurs raisons : 

  • leur cheval est plus détendu, calme et à l’écoute s’il est seul, avec d’autres chevaux il peut chauffer
  • il n’est pas bon de partir en balade avec n’importe quel cavalier car oui certains cavaliers peuvent vous mettre en danger
  • on est seul à maitriser les conditions de sa balade, on compte sur soi
  • les chevaux peuvent parfois se disputer la première place de la balade et s’énerver mutuellement
  • on voit plus d’animaux sauvages parce qu’on est plus attentif à la nature environnante et à son cheval (et puis forcément on parle moins).

En fait, quand certains cavaliers ont du mal à sortir seul avec leur cheval, il y en a d’autres qui ont du mal à sortir accompagnés. Je partage d’ailleurs dans un autre article 7 astuces pour calmer le jeu quand un cheval s’énerve en groupe.

Vous le voyez ce lonesome cowboy au coucher du soleil ? Et bien voici la version féminine pour changer un peu 😉 

promenade avec son cheval

Partir seul peut être addictif. La balade à cheval en solitaire est une expérience extraordinaire. Mais partir bien accompagné aussi. Ce ne sont pas les mêmes promenades à cheval, c’est vraiment deux expériences différentes.

 

À vos commentaires, avez-vous déjà franchi le cap de la balade à cheval seul à seul avec votre cheval ? Ou de la randonnée équestre en solo (weekend avec votre cheval par exemple) ?

Si l'article vous a intéressé, n'hésitez pas à le partager à d'autres passionnés d'équitation !

1 commentaire pour “Balade avec mon cheval : les conseils pour sortir seul”

  1. Gérard Bouric

    Il y a quelques années, je faisais partie d’un petit groupe de 5 cavaliers. On sortait 1 journée par semaine et on faisait une rando d’une quinzaine jours en été. La COVID est passée par là et, le groupe a éclaté. Du coup, désormais c’est 10 j de rando au printemps et à l’automne et à peu près 3 semaines en été, seul avec mes 2 chevaux. En dehors des randos, c’est 1 sortie à la journée (sauf quand il pleut beaucoup) avec mes 2 chevaux et 1 autre cavalière qui monte l’un de mes chevaux. Je dois dire que j’adore randonner seul. Je me retrouve très bien dans vos propos. Je me sens libre et en grande complicité avec mes chevaux. Mais, je prends beaucoup de temps pour préparer mes randos et du coup, ça se passe très bien… L’an dernier, une cavalière des Gorges du Tarn s’est jointe à moi pour randonner en Dordogne. Cela a été un “vrai régal”. Elle m’a fait une totale confiance quant à l’organisation, vu mon expérience. Ca s’est très bien passé car nous partageons les mêmes pratiques, heure de départ à cheval, distance moyenne journalière, rythme d’avancement, …. et, avec aussi des centres d’intérêt commun. Dans ces conditions randonner à plusieurs cavaliers peut être un pur bonheur. Par contre, s’il y a des points de vue et des pratiques diamétralement opposées, la rando devient vite une corvée dont on a qu’une hâte c’est que ça se termine au plus vite… Cela dit, pour randonner seul, il vaut mieux être un peu touche à tout, maîtriser la navigation et être capable de gérer ses émotions en cas de problème, avoir de bons chevaux aguerris et, être bien équipés. On sait que le risque zéro n’existe pas mais, il est possible de réduire le niveau de risque ou leurs conséquences. Il s’agit d’adopter certaines pratiques comme par exemple, le fait d’informer les personnes que l’on rencontre le soir de notre destination du lendemain, le fait de communiquer sa position à un tiers via une application (pour ma part Iphigénie en activant ma balise), le fait de s’informer sur la nature du tracé à venir quand on rencontre des personnes, sans compter la vigilance vis à vis des chevaux bien sûr mais aussi en cas de circuits à la limite du praticable pour les chevaux …..

Laisser un commentaire